Canalisations

Plan général d'évacuation des eaux global (PGEEg)

Le développement des agglomérations et de voies de communication au cours du siècle dernier a conduit à une forte imperméabilisation des surfaces. Le traitement des eaux se faisait selon le concept du "tout à l'égoût", mélangeant eaux usées et eaux de pluie, ce qui a engendré de nombreux dysfonctionnements :

  • surdimensionnement du réseau
  • surcharge des collecteurs en temps de pluie
  • pollution du mileu naturel en temps de pluie (déversements d'eaux usées dans les rivières)
  • perturbation du fonctionnement des stations d'épuration.

Le plan général d'évacuation des eaux (PGEE), actuellement en cours d'élaboration, permettra de traiter de manière optimale les divers types d'eau produits en milieu urbain tout en respectant le cycle naturel de l'eau.

Phases du PGEE

Le syndicat des communes pour l'épuration des eaux usées de Delémont et environs (SEDE)  est en charge de l'établissement du PGEE pour l'ensemble de ses communes membres. Cette étude complexe est subdivisée en trois phases :

Le rapport d'état des canalisations décrit l'état du réseau d'assainissement et des ouvrages spéciaux tels que déversoirs d'orages. Il sert de base à la planification et à l'estimation des coûts des mesures de rénovation ainsi qu'à l'établissement des plans d'entretien.

Ce rapport se compose de deux parties. La première documente les données du cadastre des canalisations et la seconde décrit l'état constructif du réseau.

Cadastre des canalisations

Le cadastre des canalisations établit la topologie du réseau d'évacuation des eaux. Il décrit et documente l'état des éléments qui le composent.

Le réseau actuel des canalisations de la ville est constitué de :

  • 73 km de collecteurs
  • 1170 chambres de contrôle
  • 17 déversoirs d'orages
  • 5 installations d'infiltration
  • 1 station de pompage
  • 1 bassin de rétention des eaux pluviales

Actuellement, la composition des eaux acheminées à la station d'épuration (STEP) est la suivante :

  • 25% d'eaux pluviales (eaux des précipitations)
  • 50% d'eaux claires parasites (eaux de drainages, de fontaines, de source se trouvant en toutes saisons dans les canalisations. Elles sont considérées comme non polluées et ne devraient pas être conduites à la STEP)
  • 25% d'eaux usées ou ménagères. Elles doivent être traitées à la STEP

Etat constructif

L'état des canalisations est évalué à partir d'inspections in situ, notamment à l'aide de caméras. Sur la base de ces observations, des propositions d'améliorations ainsi que l'évaluation de l'urgence des travaux qui en découlent ont été faites.

Le réseau de la ville est dans l'ensemble dans un état satisfaisant. L'entretien régulier des canalisations se traduit ici particulièrement. Plus de 50% du réseau ne présente aucun défaut ou des défauts mineurs n'ayant aucune conséquence sur son fonctionnement. Des défauts majeurs ont été détectés sur un peu plus de 2.5 km de conduites en différents lieux de la ville, certains tronçons demandant des interventions à court terme.

A noter que les conduites privées ne sont pas concernées par le PGEE.

Le concept optimal d'évacuation des eaux a été déterminé à l'aide d'un modèle de calcul calé sur l'état existant du réseau de canalisations.

Objectifs du concept :

  • la réduction progressive des arrivées d'eaux claires parasites dans le système d'assinissement des eaux usées
  • la réduction progressive des apports en eaux pluviales dans le réseau de canalisations d'eaux usées
  • la diminution des impacts négatifs sur le mileu naturel
  • l'intégration des mesures de réfections des infrastructures communales
  • l'intégration des besoins futurs liés au développement des communes.

Sur la base de l'analyse des points faibles du réseau d'assainissement et des objectifs à atteindre, les futurs concepts d'évacuation des eaux ont été établis.

Lignes directrices du concept d'évacuation

  • Infiltration généralisée des eaux de toitures et des places des particuliers dans les secteurs où il n'y a pas de contre-indication
  • Mise en séparatif des nouveaux lotissements avec infiltration partielle ou totale et, de cas en cas, mesures de rétention
  • Evacuation directe des eaux pluviales des parcelles directement voisines des cours d'eau, et de cas en cas mesures de rétention
  • Réglage des ouvrages de déversement
  • Réduction des eaux claires parasites
  • Réfections urgentes
  • Mise en conformité des faux branchements

L'étude des avant-projets repose essentiellement sur les conclusions des rapports d'état (phase 1 du PGEE) et du concept d'évacuation des eaux (phase 2 du PGEE). Elle donne aux différents acteurs (communes et syndicat) un outil de gestion de leur réseau d'assainissement.

Cette phase 3, en cours de validation, a pour objectifs de :

  • décrire et estimer financièrement les modifications à apporter aux ouvrages spéciaux (déversoirs d'orage par exemple)
  • représenter graphiquement (plans) les systèmes d'assainissement planifiés, les caractéristiques des bassins versants ainsi que les canalisations et ouvrages spéciaux existants et projetés
  • reprendre les mesures d'élimination des eaux claires parasites
  • définir un catalogue des ouvrages d'infiltration et de rétention des eaux de pluie
  • analyser les rejets d'eaux pluviales aux cours d'eau et proposer des mesures correctives
  • établir un plan d'entretien du réseau de canalisations
  • établir un plan d'action et de renouvellement du réseau
  • établir une planification financière

Contact

Service de l'urbanisme, de l'environnement et des travaux publics (UETP)

Route de Bâle 1
2800 Delémont

T +41 32 421 92 92
uetp@delemont.ch

Heures d'ouvertures
lundi - vendredi
8h-12h / 14h-17h